Dépendance affective

La dépendance affective ne concerne pas simplement les couples mais elle concerne toute relation à l’autre. On peut être dépendant affectivement envers un membre de notre famille, un ami, au sein de notre travail et bien entendu en couple.

Faut-il encore ne pas confondre dépendance affective et le lien affectif.

Définition

Être dépendant affectif, ça va être de l’ordre d’une perte de liberté totale de s’abstenir d’autrui, on sur investît la relation. Le sujet ne va plus du tout exister qu’au travers de l’autre, cela peut devenir parfois obsessionnel suivant le « terrain » névrotique. C’est une question de survie presque, c’est la seule solution possible à ce moment-là pour se défaire de ces tensions et des pulsions intérieures anxiogènes.

Comme si autrui devenait la seule source d’oxygène, le sujet se donne à corps perdu.

On dit qu’un sujet est dans la dépendance lorsqu’il n’est plus en mesure de décider d’arrêter la relation, cela devient plus fort que lui. Cette dépendance s’installe chaque fois que le sujet se retrouve en situation de répétition compulsive. Il y a aussi dans cette dépendance, une preuve de son existence, qui le mènera forcément à sa déchéance et un oubli total de sa

Dépendance = Perte de liberté

Origine

Bien souvent cela vient de l’enfance ou d’une expérience mal vécue une fois adulte qui va créer un trauma. Cette dépendance va venir réactiver une blessure d’abandon qu’il faut à n’importe quel prix panser. Le sujet est dans l’insécurité totale. Cela s’accompagne d’une dépréciation de soi-même, comme si autrui était meilleur et « méritait » notre affection/amour inconditionnel.

A ne pas confondre bien sûr avec l’affection ou l’amour, où les deux parties y retrouve un équilibre. Chacun va venir combler les failles de l’autre et répondre à ses attentes, toujours dans une relation « donnant-donnant ».

« Aime ton prochain comme il t’aime lui-même »

Sigmund Freud – Malaise dans la civilisation, V (1929)

Conséquences

La dépendance affective va comme nous l’avons vu précédemment amener le sujet à s’oublier, se dévaloriser. Mais aussi engendrer des conflits, car le sujet va tout attendre d’autrui mais celui-ci est dans l’incapacité de répondre à toutes ces attentes illusoires. La rupture devient l’unique solution, alors qu’elle est terriblement redoutée par le sujet. Inconsciemment il pousse autrui à fuir, c’est ce schéma de répétition qu’il faudra travailler en thérapie.

Mais les conséquences peuvent être beaucoup plus dangereuses, notamment quand l’investissement devient obsessionnel. C’est un comportement que l’on retrouve autant chez les femmes que chez les hommes. Cette obsession peut mener au harcèlement voir au meurtre passionnel, qui est certes rares mais qui existe.

Et enfin le sujet peut aussi se mettre en danger car sa dépendance affective peut le conduire à rencontrer des personnes malveillantes ou des pervers narcissiques, qui abuseraient de cette fragilité.

Se libérer de l'indépendance affective

Guérir de la dépendance affective

L'art thérapie

Bien entendu il est hors de question de culpabiliser de ce comportement qui n’est pas volontaire.

Au travers d’une thérapie nous allons voir ensemble pourquoi ce schéma a été mis en place et de quelle blessure et faille narcissique vous souffrez.

On le sait tous, reconnaître déjà que l’on souffre d’une dépendance est un premier pas vers la guérison.

Cette première prise de conscience va être une impulsion à vous sortir de cette « prison » où votre Moi est enfermé. Il vous faut aussi être prêt à lâcher les bénéfices secondaires de ces comportements.

Je m’explique : cela peut parait dur, mais comme nous l’avons vu dans l’article des compulsions de répétitions, tout acte, même négatif nous en ressentons un bénéfice.

Par exemple dans le cas de la dépendance affective, le bénéfice secondaire sera d’être vu comme une victime :

« moi j’aime mais les autres ne m’aime pas ».

C’est un changement qui demande beaucoup d’efforts et de bienveillance envers soi-même.

La seconde étape sera de reconstruire votre Moi pour vous libérer de cette dépendance.

Je conseille aussi dans ce cas de dépendance, l’art thérapie, qui est une bonne alternative également, elle va vous permettre de vous exprimer au travers du dessin, chant, peinture, musique ou danse. Dans cet espace d’expression, vous allez pouvoir redessiner vos fondements et vous retrouvez.

Dépendance du couple

Peu importe votre choix, l’essentiel sera pour vous de panser vos blessures pour renaître et retrouver la sérénité.

Merci pour votre confiance.

Prenez soin de vous, prenez soin de votre esprit

LYDIE GRAL

Abonnez vous à ma chaîne YouTube pour être alerté lorsque de nouvelles vidéos seront mises en ligne